Facebook Twitter Google +1     Admin

MURIEL BARBERY

Je viens de finir « L’ élégance du hérisson », et ça a été  pour moi l’occasion d’une veritable jouissance, d’ une experience esquisse comme lecteur. Qu’est-ce que j’ai trouvé là de nouveau ? Rien de nouveau, mais toujours la vieille langue française, le goût pour la parole, le frison de l’oeuvre bien faite, le tremblement du mot juste, de l’adjectif précis, du verbe devenu chair... chair et os chez des  personnages en émoi, peints d’un trait de maître... bref, de la bonne littérature.

 

Et je retorque avec Renée :

 

« Alors, charriés par ces sanglots, défilant dans mon sein, toute cette vie passée dans la clandestinité d’un esprit solitaire, toutes ces longues lectures recluses, tous ces hivers de maladie, toute cette pluie de novembre sur le beau visage de Lisette, tous ces camélias revenus de l’enfer et échoués sur la mousse du temple, toutes ces tasses de thé dans la chaleur de l’amitié, tous ces mots merveilleux dans la bouche de Mademoiselle, ces natures mortes si « wabi », ces éssences éternelles illuminant leurs reflets singuliers, et aussi ces pluies d’été survenant dans la surprise du plaisir, flocons dansant la mélopée du coeur, et, dans l’écrin de l’ancien Japon, le visage pur de Paloma. Et je pleure, je pleure irrépressiblement, à chaudes et grosses belles larmes de bonheur, tandis qu’autour de nous, le monde s’engloutit et ne laisse plus de sensation que celle du regard de cet homme en la compagnie duquel je me sens quelqu’un et qui, me prenant gentiment la main, me sourit avec toute la chaleur du monde.

 

__ Merci, parviens-je à murmurer dans un souffle.

__ Nous pouvons être amis, dit-il. Et même tout ce que nous voulons.

 

                      Remember me, remember me,

                     And ah ! evy my fate

 

         Muriel Barbery, “ L’Élegande du hérisson”

                   Ed. Gallimard, pag. 340-341

 

06/11/2008 22:55 MARIANO IBEAS #. EL CUCLILLO

Comentarios » Ir a formulario



gravatar.comAutor: Candi

Merci, Mariano. Lire tes commentaires sur ce bouquin, donne de l’envie de s’y plonger pour apprivoiser ce tendre hérisson. Je vais donc me le procurer d’occasion (12 euros).

Merci encore.


Fecha: 07/11/2008 09:54.


gravatar.comAutor: carmen aliaga

¡Nada, que vamos a acabar todos políglotas (francés, latín...)¡espero que tanto intentar estudiar idiomas a todos los que seguimos tus blog-escrituras no nos deje más "polídiotas" de lo que ya estamos¡
He de reconocer que me encanta "el francés"
¡perdón, la lengua francesa, por si alguien ha interpretado...¡

Fecha: 07/11/2008 10:00.


Añadir un comentario



No será mostrado.





Blog creado con Blogia. Esta web utiliza cookies para adaptarse a tus preferencias y analítica web.
Blogia apoya a la Fundación Josep Carreras.

Contrato Coloriuris